site en français site en allemand site en anglais
Type de divorce

Divorce franco-ivoirien


Attention,
Cet article date de plus de 4 ans.
Recherchez les mises à jour éventuelles.

M., ayant la double nationalité française et ivoirienne, et Mme, de nationalité française, se sont mariés en 1976 en Côte-d’Ivoire. L’épouse a assigné son mari en divorce, le 12 septembre 2001, devant le tribunal de grande instance de Bordeaux. Le mari a déposé une requête en divorce le 17 octobre 2001, devant le tribunal civil d’Abidjan (Côte-d’Ivoire) et soulevé dans la procédure intentée par son épouse l’incompétence de la juridiction française au profit de la juridiction ivoirienne déjà saisie. Mme a soutenu que l’arrêt qui a statué sur une exception de procédure sans mettre fin à l’instance est irrecevable par application des articles 606 et 608 du nouveau Code de procédure civile, mais, dit la Haute juridiction, la cour d’appel ayant statué sur une exception de litispendance internationale, le pourvoi en cassation est immédiatement recevable. M. reproche à l’arrêt confirmatif attaqué d’avoir retenu la compétence du juge français pour statuer sur la demande en divorce formée par l’épouse alors, selon lui : 1/ que pour déterminer le juge premier saisi, les juges du fond doivent identifier et analyser tous les actes des deux procédures et les situer dans le temps, qu’en se bornant à énoncer que "le fait qu’il ait ensuite engagé une procédure identique en Côte-d’Ivoire ne peut créer une difficulté de litispendance puisque celle-là a été initiée après la procédure bordelaise à l’initiative de l’épouse, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard des règles régissant l’exception de litispendance internationale ; 2/ que le juge ne peux être considéré comme saisi que si le lien d’instance est crée et que ce lien suppose que la demande ait été portée à la connaissance du défendeur et que celui ci ait été invité à comparaître ; qu’en s’abstenant de chercher à quelle date la requête aux fins de conciliation avait été portée à la connaissance de M. et à quelle date il avait été invité à comparaître, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard des règles régissant l’exception de litispendance internationale ; 3/ que si l’exception de litispendance internationale ne peut être admise qu’à la condition que la décision étrangère soit ultérieurement susceptible de reconnaissance en France, les articles 14 et 15 du Code civil ne font pas échec à la reconnaissance du jugement rendu à l’étranger ; que ces articles ne peuvent donc pas être invoqués pour donner une base légale à la décision, au regard des règles régissant l’exception de litispendance internationale. Mais, dit et juge la Cour de cassation, attendu, d’abord, que selon des dispositions de l’article 2.1.b) du Règlement (CE) n° 1347/2000 (Bruxelles II) relatif à la compétence, la reconnaissance et l’exécution des décisions en matière matrimoniale et en matière de responsabilité parentale des enfants communs, applicable au litige, la juridiction française était compétente en raison de la nationalité française des deux époux ; que par ce motif de pur droit substitué, dans les conditions de l’article 1015 du nouveau Code de procédure civile, à celui critiqué par le moyen, l’arrêt se trouve légalement justifié ; qu’ensuite, la cour d’appel, qui n’était saisie d’aucune contestation sur les dates de saisine des deux juridictions, a souverainement estimé que la juridiction française avait été saisie la première. Le pourvoi est rejeté.Référence : - Cour de cassation, 1re Chambre civ., 12 décembre 2006 (N° de pourvoi : 04-11.088), rejet

Date de l'article: 5 janvier 2007
photo aléatoire

  • Les annonces immobilières de l'office notarial de baillargues
  • Présentation de l'ONB
  • Actualités
  • A qui vous adresser?
  • Tarifs et interventions
  • consultation en ligne - Pay What You Want
  • offres d'emploi des notaires de baillargues, notaire hérault
  • ONB ovalie
  • Hommage à Dominique Grasset
  • Partenaires des notaires
  • Contact, plan d'acces
  • Liens
  • A propos du site
  • Plan du site
OFFICE NOTARIAL DE BAILLARGUES
340 rue des Écoles
Baillargues
34748 VENDARGUES CEDEX
Tel. (33) 04 67 87 66 15
Fax (33) 04 67 70 06 51